Module Yoland Bresson (TRM)


#1

MODULE YOLAND BRESSON

(Approfondissement de la Théorie Relative de la Monnaie)

Attention, ceci n’a pas vocation a être une publication scientifique, cela est juste une interprétation personnelle de ma compréhension actuelle de la Théorie Relative de la Monnaie, et un exercice amusant permettant de s’interroger sur l’utilisation actuelle que l’on a de notre unité de mesure de la valeur, notre monnaie ainsi que sa création.
J’invite toute personne voulant lire ce document, de commencer par le compte rendu du module Galilée, car quelques éléments y feront allusion, et cela pourrait faire louper quelques détails au lecteur.
Ce module est trouvable ici, pour ceux qui voudraient s’adonner à cet exercice !
MODULE YOLAND BRESSON


-Dans un premier temps, nous allons récupérer des données afin de pouvoir faire quelques simulations.
Je précise qu’il est plus intéressant de récupérer des données réelles, mais que ce n’est pas le but premier de cet exercice. L’important ici est de voir que l’on peut afficher les cours d’une valeur X en une unité Y, et vice-versa.
Nous allons donc pouvoir exprimer ce genre de choses:

Graphe Long Terme (1973 - 2016) de l'or en $.
Graphe Long Terme (1975 - 2016) de l'argent en $.
Graphe Long Terme (1975 - 2016) du rapport argent / or.
Graphe Long Terme (1991 - 2016) de l'or en €.
Graphe Long Terme (1991 - 2016) de l'argent en €.
Graphe Long Terme (2000 - 2016) de l'or en % de la masse monétaire €
Graphe Long Terme (2000 - 2016) de l'argent en % de la masse monétaire €
Graphe Long Terme (1988 - 2016) de l'or en RMI/RSA.
Graphe Long Terme (1988 - 2016) de l'argent en RMI/RSA.
Réaliser tous les graphes inverses.

-Dans un second temps, nous allons voir qu’il est possible aussi que des valeurs choisies et exprimées en une même unité peuvent avoir des évolution différentes si elles sont évaluées dans des zones géographiques différentes, afin de mettre en évidence le fait que des individus à un point de l’espace et a un temps donné peuvent avoir des estimations de la même valeur économique qui diffèrent avec les estimations de ce mêmes valeurs économique à un autre endroit, à d’autres moments. Un peu comme si la valeur était quelque choe de subjectif quoi, en gros !

-Ensuite on verra un petit bilan de ce qu’il se passerait mécaniquement dans un système de monnaie libre, et nous discuterons de l’égalité de traitement des individus dans l’espace et dans le temps par un système en monnaie libre.

-Le tout se terminera avec un petit commentaire sur les 4 libertés économiques, reconnue par la Théorie Relative de la Monnaie comme étant 4 libertés fondamentales, propres à chaque humain, à savoir:

Liberté 0 : L’individu est libre du choix de son système monétaire.
Liberté 1 : L’individu est libre d’utiliser les ressources.
Liberté 2 : L’individu est libre de produire toute valeur.
Liberté 3 : L’individu est libre d’échanger « dans la monnaie ».

Il est intéressant d’essayer de comprendre le but de ce module, qui est la prise en main de données afin de se rendre compte qu’une valeur est exprimée dans une autre valeur, et qu’il en est de notre propre choix de choisir telle valeur ou telle autre valeur en tant que “valeur de référence” pour en exprimer d’autres. Pourquoi choisir l’€ ou le $? Si on le fait, c’est bien par choix car rien ne nous emêche d’exprimer les mêmes réalités en d’autres valeurs !

Ce coup-ci, on va prendre un peu de données afin de se rendre compte de ce qu’il se passe sous différents angles, pour rigoler hein, on n’est pas aux pièces. .
J’ai récolté donc quelques données :

-Cours de l’or en $ (1973 - 2016)
-Cours de l’argent en $ (1975 - 2016)
-Taux de change Euro/Dollar (1990 - 2016)
-Données masse monétaire Euro (fichier creationmonetaire.info, ou source) (2000 - 2016)
-Données du RMI/RSA (1988 - 2016)
-Evolution du prix en € du m² immobilier en île de France (1991 - 2016)

Et nous allons donc exprimer des valeurs avec des points de vue (ou référentiels) différents. Je précise que les graphiques sont affichés avec des adaptations d’échelle, afin d’observer les mouvements relatif des valeurs entre elles et non pour comparer les réelles valeurs des sujets comparés.
(Pour avoir les graphiques affichant les valeurs réelles, vous avez accès au fichier tableur, format .ods, (LibreOffice Calc), dans lesquels ces graphiques figurent.

Voici comment ont fluctué l’once d’or ainsi que l’once d’argent par rapport au dollars, depuis 1975. Je présume que cela devrait parler à la plupart d’entre nous, car on nous impose ce référentiel depuis que l’on est nés… !

Mais alors du coup, étant donné que nous sommes dans la même unité ($), nous pouvons voir quel est le cour de l’Argent en Or !

Il suffit de diviser l’un par l’autre.

Ici nous voyons donc les fluctuation de la valeur de l’once d’Argent, si vous aviez voulu en acheter en échangeant de l’Or. Il était donc plus intéressant d’acheter de l’argent en payant en Or vers les année 1991 pour le revendre en Or en 1991.


Nous pouvons donc comprendre qu’il s’agissait de faire l’opposé si on voulait acheter de l’Or en payant en Argent… Voyons ce que ça donne:

Tout dépend de ce que vous considérez comme étant une monnaie finalement. En fonction de l’époque dans laquelle vous vous trouvez, vaudrait-il mieux utiliser l’or ou l’argent comme monnaie ? Pour faire quoi ? Mais est-ce que c’est normal que l’on nous ne pose jamais la question ? Ne devrions nous pas avoir la liberté de choisir ce qui est monnaie pour nous ? Sans que l’on nous ne l’impose. Ou au moins, que l’on soit libre d’utiliser la valeur de notre choix comme monnaie. Après, si on est seul à vouloir payer en Or, et bien on ne pourra pas s’en servir comme monnaie car une monnaie doit être acceptée par plusieurs personnes… par définition. Mais posons nous la question quand même non ?

Regardons maintenant les prix de l’argent et de l’or en Euros :

Ces courbes affichant les prix en Euros semblent assez similaire que celles sur le graphique en Dollars.

Nous pouvons observer la baisse de 1997 à 2001 du prix de l’or en $, qui à l’air moins présente en €. Ce qui est important de voir ici, c’est que nous ne voyons pas les mêmes courbes même si elles paraissent proches.

Nous pouvons, à la vue de ces 2 graphiques, dire que l’euro et le dollar n’ont pas énormément de décorrélations dans le temps, sur la période 1991-2015, relativement à d’autres valeurs comme le bitcoin par exemple…

A noter ici qu’il n’y a pas d’adaptation d’échelle, car il ne s’agit pas de comparer des mouvements relatifs entre des valeurs mais bien de voir les vraies valeurs du Dollar en Euros (a gauche) et du Bitcoin en Euros (à droite du coup). Et on peut noter les fluctuations qui vont de 0,9 à 1,5 pour le dollars en Euros sur la période 1990-2016, alors que l’on va de 0 à 900 pour le Bitcoin en Euros pour la période 2011-2016.

Donc nous imaginons bien que si nous comparons les prix des choses en Bitcoins et en Euros, cela risque d’apparaitre bien différent !!

Adonnons nous à cet exercice, avec un souvenir ému de ce que l’on a pu voir dans le module Galilée :

Mais alors que valait le mètre carré à Paris en 2006 en Bitcoin ? On ne peut pas le savoir, car le Bitcoin voit le jour en 2009. Une valeur économique nouvelle qui est née en 2009, dans laquelle nous avons la liberté d’estimer des choses, et d’en exprimer la valeur qu’on leur accorde, en tant qu’individu.
Et donc les individus en 2006 ne pouvaient pas se douter qu’aujourd’hui en 2017, il allait être possible d’afficher un tel graphique !!

Et nous du coup ? Pouvons nous savoir à l’avance quelle valeur sera là dans le futur ? Qui le peut ? Qui pense qu’il le peut ?
Levez la main !
Levez la main et passez votre tête dans le rond la, ici !

C’est un gros problème quand même, car quand nous prenons en compte les choses dans le temps, nous voyons que les valeurs changent. Des valeurs peuvent devenir obsolètes, peuvent apparaître, peuvent disparaître… Mais en existe-t-il d’absolue ? Existe-t-il une valeur de référence que l’on pourrait utiliser comme étalon pour baser dessus notre monnaie, afin qu’elle ne privilégie aucun être humain et ce, même dans le temps (génération après génération)?
Peut-être pouvons nous la fabiquer si elle n’existe pas non ?


Revenons sur le cours de l’Or et de l’Argent, mais voyons l’évolution de leur prix, exprimés dans une autre unité. En pourcentage de la masse monétaire Euros (%M). Donc proportionnellement à l’ensemble de la monnaie existante.

Ici, nous pouvons voir que de 2000 à 2003, il fallait posséder une part relative de monnaie de moins en moins importante pour se procurer la même quantité d’argent (métal).
Nous constatons aussi que depuis 2009, la même quantité d’or et d’argent s’acquièrent contre une part sans cesse grandissante de toute la monnaie existante en Euros, ou alors, on peut supputer que pendant cette période, il y a eu plus de création monétaire que de création d’or et d’argent.

!!!Ampoule maligne !!!
Rappelons nous que posséder « 1 » sur un total de 100 ne représente pas la même chose que posséder « 1 » sur un total de 1000. (cf – modules Galilée)
Donc il est intéressant de vouloir intégrer l’information de la masse monétaire dans nos estimations, et nous avons la liberté dors et déjà d’exprimer tous les prix en pourcentage de la masse monétaire, afin de voir si les fluctuations de certaines valeurs, vues de ce point de vue, nous apparaissent plus conformes à notre observation de la réalité.

Quand nous parlons de prix au kilo, nous changeons de référentiel, et cela ne nous montre pas une autre réalité, mais nous permet d’observer la réalité sous un autre angle, afin de nous rendre compte si cette promotion nous fait vraiment payer moins cher ou pas !

prix%20au%20kilo

!!!Fin de l’ampoule maligne !!!

Comparons les évolutions relatives du prix de l’or et de l’argent exprimés en 4 unités de valeurs différentes, en $, en €, en M(€) et en RSA :

A première vue ces différents référentiels nous donnent des interprétations de la réalité légèrement différentes, mais ayant une forme assez similaire. Nous retrouvons aussi d’un référentiel à l’autre les mêmes fluctuations relatives entre le cour de l’or et celui de l’argent, qui entament une grande décorrélation (donc l’un par rapport à l’autre) à partir de 2009-2010. Ce qui signifie que depuis plusieurs points de vue, des évènements précis continuent d’être observables.
Ce qui est important à voir ici, c’est que nous observons les mêmes phénomènes réels de la fluctuations relatives de deux valeurs entre elles, et que ce qui est observé paraît comme différent selon le point de vue adopté. Mais les phénomènes observés sont les mêmes !

Et selon le point de vue, le constat final peut être totalement différent, le même objet peut être interprété différemment :

image: Eloïs Dupont
.

Mais alors maintenant, voyons les fluctuations relatives des ce que valaient le RSA, le Mètre carré en IDF, l’or et la masse monétaire (€) estimés en Once d’argent (avec une adaptation graphique afin de voir toutes ces courbes sur la même échelle, pour étudier leur fluctuations relatives)!

Nous remarquons ici donc que depuis 2003 (ici étant un pic), les valeurs économiques RSA, Metre carré en IDF et M ont une tendance à la baisse.
Donc si vous vouliez acquérir un appartement à Paris, et que vous vouliez le payer en Once d’argent, et bien l’immobilier ne fait que baisser !! Quelle aubaine ! Pourquoi diable voulez-vous l’acheter en € ? Quel en est le but ?

Voyons en Or ce que tout cela valait !!

!!!Petite ampoule maligne!!!
Alors lors de cette réflexion, nous pouvons déjà nous demander une chose…
"Si les impressions de ce qui “baisse” ou “augmente” dans le temps change en fonction du point de vue que l’on prend pour les regarder, quel est le référentiel qui me serait le plus utile en tant qu’individu ? A utiliser tous les jours ? Un référentiel qui pourrait respecter TOUS les humains, ceux qui ne sont pas encore nés également en ne privilégiant aucun acteur! Un référentiel qui permettrait d’exprimer les prix, d’estimer la valeur de la manière la plus naturelle possible, et qui ne serait pas pensé pour les individus vivants aujourd’hui en 2017, mais bien pour TOUS les individus, à un temps (t), ainsi que dans le temps, génération après générations.
Existe-t-il naturellement ? Peut on considérer une valeur économique commune à tous, depuis laquelle on pourrait se baser afin de discuter de prix dans un langage commun à tous les individus qui sont tous différents ?
L’or ? L’argent ? L’eau ? L’air ?
- « Ah ouais ouais, j’vois que vous voulez dire… Me suis gouré !!
!!! Fin de la petite ampoule maligne !!!

Parce que l’assertion
Bah ouais mais le prix de l’immobilier ne fait que monter, donc bon hein ! » peut être remise en cause assez facilement. On peut au moins répondre :
Ah ouais en € ! D’accord. Excusez moi, ca fait longtemps que je ne compte plus en € c’est pour ca. »

Nous sommes d’accord qu’il s’agit ici QUE du prix du mètre carré en Ile de France, mais exprimé en €, en Or, en once d’Argent, en RSA et en pourcentage de M.

Question un peu bête:
De 2006 à 2011, il a baissé ou pas ?

Nous pouvons observer ici le prix de l’immobilier dans les communes françaises de moins de 10000 habitants, (d’après des données de l’Insee, mais adaptées.)

INSERER GIF

Ici nous avons une valeur quelconque (immobilier) qui fluctue différemment en fonction de la valeur référence choisie par l’observateur, mais aussi en fonction de la zone géographique considérée.

Alors les valeurs économiques fluctueraient donc différemment en fonction du temps, de la zone géographique, et de la valeur de référence choisie… C’est fâcheux.

Donc au même titre que quand un individu va me parler de référendum, sans préciser s’il parle d’un référendum d’initiative populaire ou présidentielle, je me verrai dans l’obligation de lui demander duquel il parle, je peux d’ores et déjà demander la précision du référentiel dans lequel la personne m’interpellant se place pour me parler de « baisse » ou de « hausse » d’un prix de je ne sais quoi !!

Cela me paraît légitime, car dans un but de compréhension mutuelle, afin de pouvoir comprendre les analyses de X ou Y, je dois savoir quelle unité de mesure ils utilisent, et pourquoi aussi.

Car il ne me semble pas que l’humain naisse dans l’obligation d’utiliser le référentiel quantitatif pour exprimer des prix dans la monnaie qu’il utilise, surtout quand on voit l’état de la sécheresse monétaire que l’on a dans certains domaines (la musique par exemple ! )

Quand on veut donner un prix de quelque chose, nous l’exprimons EN quelque chose, et donc nous choisissons une valeur de référence pour exprimer le prix. Mais en choisissant cette valeur, nous nous mettons à la merci des producteurs de cette valeur de référence. Donc si nous exprimons les prix en or, nous sommes tributaire des producteurs d’or, qui peuvent influer sur la mesure que l’on va effectuer (en produisant plus ou moins d’Or par exemple). Au même titre que si on exprime les prix en €, nous nous mettons à la merci des producteur d’€, qui ne sont autres que les banques privées. Donc non-merci !

Bilan dans une monnaie libre :

Au sein d’une monnaie libre, à Dividende Universel, tous les individus membres co-créent leur Dividende Universel (DU), qui est un pourcentage fixe et inchangé de l’égale répartition monétaire par individu (Masse Monétaire / Nbre d’individus –-> Soit M/N ou “moyenne de monnaie par individu”)

Cela crée une sorte de « moteur temporel » qui se met en route, et avec un tel système, nous savons que tous les membres, tous les jours, créent un DU, qui est une quantité d’unité monétaire, calculée en fonction du nombre de personne (N) et de la totalité de la monnaie en circulation (M).

Tous les individus créent 1 DU/jour, et c’est la même règle pour tous. Et étant donné que c’est un pourcentage fixe de M / N, alors même années après années, les membres vont créer la même proportion de monnaie, dans le même temps passé dans la monnaie.

La monnaie libre est une proposition de valeur de référence, qui est donc une création de toute pièce d’un nouveau référentiel d’observation pour les individus qui l’adoptent.

Un point de vue (référentiel) qui permet de regarder, analyser, exprimer des “valeurs”, mais sans privilégier des humains par rapport à d’autres face à leur outil de mesure commun.

Ce référentiel est ce fameux DU que l’on crée à échéance régulière.
Déjà, tous les membres créent chacun 1 DU/jour dans la monnaie libre existante Ğ1. Donc on sait tous ce que c’est 1DU !! C’est comme une petite bourse qui contient aujourd’hui 10Ğ1 (2017).

Souvenons nous du graphique du module Galilée, représentant des comptes de 20 individus dans un système à Dividende Universel mais exprimés en DU (donc en nombre de DU par personne et non en nombre de Ğ1 par personne) :

Ceci est le comportement des comptes des individus s’ils n’effectuent pas d’échanges.

Ok mais s’ils en effectuent ?

Que pouvons nous dire de ce référentiel d’observation? Le DU.

S’il permet d’avoir un système monétaire, que l’on exprime en une unité nous paraissant la plus parlante, dans lequel tous les comptes apparaissent comme naturellement ramenés à la moyenne quand on les regarde depuis ce référentiel du DU, et qui en plus permet d’avoir un système dans lequel la monnaie est en possession directe des intéressés, c’est à dire les individus choisissant cette nouvelle monnaie, on a déjà avancé sur le projet non?

Ci-dessus, des échanges sont simulés entre les individus, et nous remarquons qu’ils peuvent passer du dessus de la moyenne, au dessous de la moyenne, ou l’inverse, et que cela n’empêche pas la convergence vers la moyenne d’opérer. Mais on voit aussi que les individus voient leurs transactions « s’oublier » avec le temps, et ce temps de convergence vers la moyenne est ici de 40 ans, car le DU est calculé comme étant 10 % M/N. Si on change le pourcentage, alors cela joue sur le temps que va mettre la convergence à s’opérer.

J’invite le lecteur à lire la Théorie Relative de la Monnaie, qui est en licence libre (Stéphane Laborde 2012 (GNU Public Licence V3), afin de comprendre pourquoi il est proposé 10 % de M/N et donc une convergence s’opérant sur 40ans.

Ce qu’il est bon de remarquer ici, c’est que les individus, entrant plus tard dans la monnaie ont le même pouvoir face à la monnaie, ils en crée autant relativement que leur prédécesseurs. On peut donc parler de symétrie temporelle.

La citation de Thomas Paine dans l’introduction de la Théorie Relative de la Monnaie (TRM) nous évoque déjà ce principe :

« Ceux qui ont quitté ce monde et ceux qui n’existent pas encore sont à la plus grande distance les uns des autres que l’imagination humaine puisse concevoir : quelle possibilité d’obligation peut-il donc y avoir entre eux ?
Quelle règle ou quel principe peut-on poser pour que deux êtres imaginaires dont l’un a cessé d’être et l’autre n’existe pas encore, et qui ne peuvent jamais se rencontrer dans ce monde, l’un soit autorisé à maîtriser l’autre jusqu’à la consommation des siècles ? »
—« Les droits de l’homme » 1791 Thomas Paine (1737 – 1809)

Nous pouvons résumer déjà :

Nous avons en tant qu’humains la liberté naturelle de pouvoir estimer les choses de nos choix, et dans l’unité de notre choix. Il s’agirait d’en prendre conscience et de commencer à défendre cette idée en tant que liberté fondamentale que l’on a tous. Et ce n’est pas parce qu’on nous l’a volée que l’on doit abandonner l’idée de la récupérer !

Faisons un tour de quelques libertés individuelles que la TRM reconnaît comme étant fondamentales à tous les individus vivants et propose de préserver grâce aux monnaies libres, pour TOUS les utilisateurs dans l’espace et dans le temps, génération après génération.

Selon la TRM V2.718, la liberté est définie comme suit :

« Liberté : La liberté est établie comme tout ce que peut réaliser l’individu conformément à la non-nuisance vis-à-vis des autres individus vivants et futurs. Cette non-nuisance peut-être définie ou comprise en un endroit (x, y, z, t) précis de l’espace-temps et n’en a pas moins des propriétés d’évolution ou de révolution. »

Liberté 0 : L’individu est libre du choix de son système monétaire.

Une monnaie ne s’impose pas, elle se choisi librement par l’utilisateur. Vous trouvez ça plus judicieux d’utiliser l’Or pour acheter votre appartement en Ile De France ? Et si la personne qui vous le vend accepte de recevoir de l’or en contrepartie, doit on vous empêcher de le faire ?

Liberté 1 : L’individu est libre d’utiliser les ressources.

« L’utilisation des ressources doit être conforme à la non-nuisance. Cela signifie étant donnés des individus utilisant certaines ressources (quelle que soit leur nature) qu’il doit soit rester des ressources disponibles en nombre et qualité suffisantes pour les autres individus, soit qu’il existe une compensation pour que l’utilisation de ces ressources (quelles qu’elles soient) ne permette pas que les autres individus puissent l’utiliser. […]
La mécanique qui aboutit à la négation de la liberté 1 peut tout à fait ne pas se voir dans l’instant, l’appropriation excessive des ressources pouvant être la limite d’un processus différentiel lent, pouvant s’accumuler durant une demie vie humaine, une vie humaine, voire plusieurs générations. L’espace économique considéré, arrivé à cette limite, on constate expérimentalement que des forces irrépressibles se déclenchent sous la forme de guerres, insurrections ou révolutions, comme si l’on avait comprimé un gaz jusqu’à faire éclater le récipient qui le contient.» (TRM V2.718)

Liberté 2 : L’individu est libre de produire toute valeur.

« Cette liberté est sans doute la plus fondamentale de la TRM, car elle comprend implicitement dans son énoncé le principe de relativité. Dans la TRM le principe de relativité n’est détaché de la deuxième liberté que pour faciliter la lecture et la compréhension des raisonnements, pour les individus ayant une base scientifique avancée, faisant une référence implicite aux principes équivalents en physique.
Pour qu’il y ait « valeur » il est nécessaire qu’un individu identifie l’objet en y accolant cette caractéristique. Cela laisse bien sûr absolument libres tous les autres individus de n’y pas coller cette caractéristique pour cet objet là, ou de l’y accoler à un degré différent, ou bien en fonction d’autres paramètres inexprimables par les autres.
Par ailleurs l’objet peut ne pas exister du tout, hors l’esprit de l’individu. On parlera alors, longtemps après la production de cette valeur seulement, d’innovation. Mais prétendre qu’une innovation pourrait être reconnue par d’autres individus hors l’esprit de celui qui l’a conçue comme ayant toutes les caractéristiques d’une valeur, c’est ne pas comprendre la deuxième liberté deux fois: dans l’instant et relativement aux hommes futurs.
Cette constatation relève de la liberté de l’esprit humain d’exprimer un quelconque modèle conceptuel reflet de sa propre réalité expérimentale. On aura un phénomène similaire en science concernant des modèles mathématiques ou physiques, qui n’ont pas les mêmes qualités ni les mêmes précisions prédictives ou descriptives selon le cadre expérimental.
La nuisance serait donc ici de penser qu’il serait légitime pour des individus d’accord conceptuellement entre eux, d’imposer leurs modèles aux autres individus, alors que ni l’histoire, ni le nombre, ne sont d’aucune manière des critères valides devant la liberté de conceptualisation.
Il s’avère, bien à rebours de cette nuisance de type prosélyte, que lorsqu’une conceptualisation de la réalité permet de mieux comprendre, de mieux s’accorder avec la réalité expérimentale vécue par les individus, elle n’a nul besoin de s’étendre par la force ou le prosélytisme excessif pour être adoptée par d’autres individus.
Les individus vivants, ou nouveaux entrants dans l’espace de vie, comparent conceptualisation et raisonnements anciens et nouveaux, et adoptent ceux qui leur paraissent les plus conformes à leur propre compréhension, ou bien conformes à leurs objectifs, ou bien encore selon bien d’autres modalités que nous n’avons pas à juger. »(TRM V2.718)

Liberté 3 : L’individu est libre d’échanger « dans la monnaie ».

« La liberté 0 étant exercée, l’individu peut donc comptabiliser, chiffrer, calculer, afficher, dans l’unité monétaire qu’il a choisie. Si donc des individus font en sorte de forcer autrui à ces actes dans une autre unité, cette liberté n’existe pas. Ou encore si des individus font en sorte de forcer les autres individus à un quelconque échange intermédiaire préalable à l’échange dans l’unité monétaire choisie, là encore cette liberté n’existe pas.
Si encore, des individus prétendent avoir adopté une monnaie, et n’affichent pas, ne comptabilisent pas, ne chiffrent pas, ou ne calculent pas dans leur propre unité monétaire ainsi choisie, ils n’exercent pas cette liberté. On notera toutefois qu’ici la liberté 3 pourrait exister, le choix des individus de ne point l’exercer restant possible, la situation serait différente du cas où cette liberté serait bafouée par des forces de coercitions.
Il n’est pas bien difficile en réalité d’exercer la troisième liberté. Étant donnés des prix, comptes, calculs, affichés dans une unité monétaire donnée, il est très simple, connaissant le prix de la monnaie choisie dans l’unité monétaire affichée (le taux de change, qui n’est qu’un prix comme un autre), de faire la transformation.
Ainsi un individu qui voudrait voir afficher, compter, calculer tous les prix de toute chose, affiché où que ce soit, dans sa propre monnaie librement choisie, peut appliquer une telle transformation très facilement, à l’aide d’un programme informatique faisant ce travail au besoin. »(TRM V2.718)



CC-BY-SA Paulart_Consseledisent

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.