Résultat Geconomicus de Compiegne


#1

–Compte Rendu du Ğéconomicus deCompiègne, le Samedi 16 mars 2019.–

Retrouvez les règles du jeu Ğéconomicus ici:
http://geconomicus.glibre.org/

Et facilitez vous l’organisation du jeu autour de chez vous, en suivant ces liens d’aide à la réalisation:

Un tutoriel vidéo du déroulement du jeu, par @jytou

Un résumé du nombre de cartes à mettre en jeu, des valeurs des cartes et des billets, avec les règles qui ont légèrement évolué depuis la publication de la vidéo.

Lors du déroulement de ce Ğéconomicus, auquel ont participé 13 joueurs. Et un banquier dans la matinée.

Stéphane B
Stephane C
Jeremy
Sandra
Remi Y
Marie
Nicolas
Arthur
Gregoire
Quentin
Andres
Tobias
Romain
Rémi

Nous avons effectué 10 parties de 4 minutes, représentante chacune 8 ans de vie dans le jeu. Nous avons donc joué en simulant 80 ans de vie économique.

A chaque fin de tour, certains joueur mourraient et devaient donc aller faire comptabiliser leur score, rendre tous leur bien (cartes valeurs et billets), et repartir de zéro, tel un nouveau né ou un nouvel arrivant dans l’économie.

====================================================================

PARTIE EN MONNAIE DETTE (déroulée pendant la matinée).

Prix des cartes:

  • Carte valeur faible: 1 Unités
  • Carte de valeur intermédiaire: 2 Unités
  • Carte de valeur supérieure: 4 Unités

Valeur des billets:

  • Billet faible: 1 Unité
  • Billet intermédiaire: 2 Unités
  • Billet fort: 4 Unités

Le choix a été fait de ne pas monétiser l’économie, et donc de ne répartir aucune monnaie lors du lancement du jeu.

Les joueurs devaient donc aller contracter des crédits auprès du banquier, qui allait leur créer de la monnaie sous condition de payer des intérêts.

  • Pour un crédit de 3 unités, chaque joueur devait payer 1 unité d’intérêt par tour.

Lorsqu’un joueur ne pouvait pas payer ses dettes en monnaie, la banque a fait le choix drastique de lui racheter ses cartes valeur à un prix égal à 50% de leur valeur initiale.

Lors de la comptabilité finale de la production de valeur des joueurs pendant ces 10 parties, nous avons obtenu ce résultat.

(Les joueurs ont d’abord du rembourser le banquier et solder leur dette, et se sont ensuite vu comptabiliser ce qui leur restait. Les joueurs ne pouvant pas rembourser leur dette, ont un solde à zéro.)

geco-compiegne-dette-sans-banque

Nous avons ici:

Les barres bleues
(échelle de gauche sur le graphique):
La totalité de valeur comptabilisée par joueur.

La ligne rouge (échelle de gauche aussi): La moyenne de tous les échanges de tous les joueurs.

La ligne jaune (échelle de droite sur le graphique):

L’écart type, ou la moyenne des écarts à la moyenne de chaque joueur.

Plus la valeur est haute, plus les écarts entre les plus “riches” et les plus “pauvres” est importante.

=========================================================
Voici les résultats mais cette fois-ci, en comptant la banque aussi.

(A savoir: les résultats de la banque ont étés calculés en additionnant tous les intérêts récupérés, ainsi que toutes les cartes valeurs qui ont été rachetées aux joueurs en défaut de paiement. Elles ont été rachetées à 50% de leur valeur, mais comptabilisées à 100% de leur valeur)

geco-compiegne-dette-avec-banque

=========================================================

PARTIE EN MONNAIE LIBRE (déroulée pendant l’après midi).

Attention, certaines règles changent:

Prix des cartes:

  • Carte valeur faible: 3 Unités
  • Carte de valeur intermédiaire: 6 Unités
  • Carte de valeur supérieure: 12 Unités

Valeur des billets:

  • Billet faible: 1 Unités
  • Billet intermédiaire: 2 Unités
  • Billet fort: 4 Unités

D’abord, chaque joueur se voir attribuer la masse monétaire moyenne dès le début (soit 1 DU initial). Soit un billet de chaque couleur:

1+2+4 = 7Unités / Personne.

Ensuite, à chaque tour, un Nouveau DU (billet de la couleur en attente = 8 unités) était redistribué à chaque joueur, tandis que les billets de la couleur la plus basse était récupérés et sortis du jeu.

Et finalement, la valeur générale des billets changeait et donc chaque billet voyait sa valeur relative stagner même divisée par 2…

===

Voici les étapes du procédé de revalorisation et de distribution du DU:

  1. Redistribution de la couleur en attente à chaque joueur, valant 2X4 = 8, et reprise des billets faibles qui sortent du jeu:_

    (1+2+4)+8-1 = 7+8-1= 14 Unités par joueur en moyenne

  2. Rotation de la valeur des billets (chaque billet vaut 2 fois moins, donc on divise tout ce qu’on les joueurs en billets par 2)_

    14 / 2 = 7 Unités par joueur en moyenne

La masse monétaire en DU n’a pas bougé (7Unités/joueur), et c’est bien la répartition de la monnaie entre les joueurs qui s’est vue changée dans ce processus.

===

Un fait assez remarquable fut le fait qu’il y a eu une première rupture technologique dès le 5ème tour de la partie.
Il y en a eu une seconde au 7ème tour, puis une troisième à la toute fin du 9ème tour. !!

lorsqu’il y a une rupture technologique, les cartes valeurs dans les mains de chaque joueur changent de valeur (la valeur de chaque carte est divisée par 2) et une nouvelle valeur fait son apparition dans l’économie.

Lorsque la monnaie ne manque pas, certains humains sont visiblement capables d’échanger et de produire ensemble en créant de nouvelle valeurs qui n’existait pas ans le jeu en début de partie.

Après les 10 tours de jeu, voici les résultats comptabilisés:

geco-compiegne-monnaie%20libre

============================================================

COMPARAISON:

Ici, les 2 graphiques, mis à l’échelle afin de pouvoir comparer les résultats:

En incluant la banque:

geco-compiegne-comparaison-avec%20banque

Sans inclure la banque (mise à l’échelle):

geco-compiegne-comparaison-sans-banque-mise-echelle

Nous avons donc constaté et comparé les résultats à la fin.

il est clairement visible qu’ici, les joueurs ont crée et accumulé plus de “valeur” dans la partie en monnaie libre qu’en monnaie dette. La ligne rouge (moyenne) est plus élevée en monnaie libre.

Ceci est vrai aussi bien lorsque l’on comptabilise avec et sans la banque.

La différence entre les plus riches et les plus pauvres (écarts type) est aussi moins élevée en monnaie libre en comparaison à la monnaie dette. Ce qui peut s’expliquer avec le mode de création monétaire utilisé. La monnaie est crée sur la base du nombre de joueur, et répartie de manière symétrique dans l’espace et dans le temps.

Entre ces deux phases de jeu, il y a seulement les règles de création/répartition monétaire qui ont changé.
Les joueurs devaient effectuer les mêmes types d’échanges mais le système comptable qu’ils utilisaient avait été transformé.

Il en résulte ici une production de valeur plus grande et une disparité moins forte en utilisant le système simulant une monnaie libre. En comparaison avec un système monétaire centralisé à qui les joueurs doivent payer un intérêt pour utiliser leurs chiffres de comptabilité, la comparaison est frappante.

================================================================

Retrouvez le fichier LibreOffice Calc de la comptabilité de cette partie, avec les graphiques, les formules etc…

Resultats-geconomicus-compiègne-16-03-19.zip (275,5 Ko)

==========================================

Pour faire des dons en Ğ1:

Squeeek: L’organisateur et le coordinateur de ces parties: ArcfiCb3FWBonodGtiznCdBdCH5EJTLUdAFHR4nRM4zf

MamyGeek: La banquière qui juge à la tête du client !!! :
FVUFRrk1K5TQGsY7PRLwqHgdHRoHrwb1hcucp4C2N5tD

Paulart: Saint Pierre, comptable des morts:
BPEap6B98qBxTmUMoxvCtuP2JXFMjX7kDJT1RaYn3UbS

Les développeurs de Duniter: 78ZwwgpgdH5uLZLbThUQH7LKwPgjMunYfLiCfUCySkM8
(Voir le site de Duniter )

====================================================

CC-BY-SA Paulart_Consseledisent

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.